Accueil > Culture Irlandaise > Arts > Les origines de la musique traditionnelle irlandaise
The Garrick bar - Traditional Music

Les origines de la musique traditionnelle irlandaise

Les origines de la musique traditionnelle irlandaise
2.95 42 votes

Le plus souvent lorsque l’on fait référence à la musique irlandaise, on parle bien plus de la musique traditionnelle que des grands groupes de rock tels que U2. Jouée dans presque toutes les villes et villages d’Irlande, cette musique ancestrale est accessible à tous, ce qui fait le bonheur de bien des visiteurs. Mais d’où nous vient cette forme musicale ? D’où tient-elle ses racines et comment a t-elle évolué ?

Les origines de la musique celtique

Les vraies origines de la musique traditionnelle irlandaise sont malheureusement introuvables tant les récits des anciens temps se confondent les uns avec les autres. Cependant, nous avons pu retrouver des indices de ses origines en étudiant celles des instruments qui la composent généralement. C’est le cas notamment du bodhran, cet instrument de percussion circulaire composé de bois et de peau de chèvre. Il a été montré que cet objet était à la base utilisé pour séparer le grain de l’ivraie et que les fermiers tapaient dessus avec le stick pour éloigner les oiseaux des champs. Cet outil agricole s’est transformé par la suite en instrument de percussion quasi-présent de nos jours dans tous les pubs.

On pense également que la musique celtique a pu trouver ses racines en Asie, en Inde ou encore même en Egypte ! En effet, la célèbre harpe irlandaise nous viendrait tout droit de l’Egypte antique. Jusqu’en 1700, elle fut l’instrument le plus joué en Irlande. À la base plus petite, les musiciens de l’époque frottaient leurs ongles contre les cordes alors qu’aujourd’hui les harpistes utilisent l’extrémité de leur doigts. Il est également connu que les joueurs de harpe étaient autrefois considérés comme une certaine élite que chaque chef de clan devait garder à proximité. Ce statut changea en 1607, lorsque qu’un grand nombre de chef de clan fuirent le pays pendant la Fuite des Comtes. Les harpistes n’eurent alors d’autres choix que d’enseigner la musique pour pouvoir subvenir à leurs besoins.

L’un des joueurs de harpes les plus célèbres aujourd’hui reste et demeurera Turlough O’Carolan (1670-1738). De nos jours encore les musiciens prennent un grand plaisir à jouer ses compositions.

Carolan’s Dream de Turlough O’Carolan

La popularisation de la musique traditionnelle irlandaise

Pendant plusieurs siècles, la musique irlandaise envahit les rues et les bals dans le but de faire danser les gens. Tout changea au 17ème siècle lorsque les anglais imposèrent leurs lois dont une qui interdisait formellement toute expression de culture traditionnelle irlandaise, comprenant ainsi la musique et la danse. Les musiciens et villageois commencèrent alors à se retrouver clandestinement, ce qui explique certainement cet aspect très chaleureux des sessions de musique irlandaises.

Jusqu’au 18ème siècle, la musique irlandaise ne laissa que très peu d’écrit derrière elle, il est ainsi très dur de trouver des partitions datant de cette période. On a retrouvé cependant un livre publié en 1762 à Dublin et qui recense 49 airs de musique traditionnelle irlandaise. On a également retrouvé un manuscrit d’Edward Bunting qui avait organisé en 1792 un grand festival de harpe à Belfast. Après ce festival, il a retranscrit toutes les chansons qu’il avait pu entendre dans un livre. Ce livre est aujourd’hui conservé à la grande librairie de la Queen’s University à Belfast.

Par la suite vint la Grande Famine d’Irlande (1845) qui eu, elle aussi, de grandes répercutions sur les traditions irlandaise. En effet beaucoup de musiciens moururent et de nombreux autres émigrèrent pour se construire une meilleure vie ailleurs. Malgré cette grande vague d’émigration, la tradition irlandaise survécut ! De nouvelles chansons furent créées pour raconter à la fois la nostalgie du pays et la célébration d’une nouvelle vie. Cette vague d’émigration et d’exportation musicale eut un énorme impact sur la popularisation de la musique celtique car plus tard, dans les années 1920, des morceaux enregistrés aux États-Unis commencèrent à s’exporter à travers l’Atlantique. Ce fut alors une renaissance pour cette musique traditionnelle oubliée. Les musiciens chez eux s’amusèrent à reproduire ce qu’ils entendaient et à créer de nouvelles chansons tout en ajoutant de nouveaux instruments : violon (fiddle), flûte irlandaise (Tin Whistle), Uilleann, flûte et tambour.

Les nouvelles formes de musique traditionnelle irlandaise

chieftains-groupe-musique-traditionnelle-irlandeDans les années 1960, Sean O’Riada (1931-71), du comté Cork, forma le groupe Céoltoiri Chualann. Constitué d’un violoniste, d’un flûtiste, d’un accordéoniste et d’un joueur de bodhran et de uilleann, le groupe commença à créer des chansons destinées non pas à être dansées mais à être écoutées ! Renommés par la suite The Chieftains, ses membres ont fortement influencé la popularisation de la musique traditionnelle et le groupe existe encore de nos jours. Nous retrouvons d’ailleurs le flûtiste Matt Molloy dans le documentaire  Traditions et Saveurs spécial Irlande.

Par la suite, on vit arriver de nouveaux groupes qui ajoutèrent un chanteur à leur formation. Nous pouvons par exemple citer les Clancy Brothers, The Dubliners, The Wolfe Tones ou encore The Fureys. Les groupes plus jeunes tels que Clannad, Altan, Dervish ou Nomos adoptent quant à eux une version plus calme et plus mystique de la musique traditionnelle chantée.

Source : Guide Lonely Planet – Édition 5
Credit Photo : Copyright Northern Ireland Tourist Board 2010.

Voir aussi

Jack Gleeson, acteur irlandais dans Game of Trones

Jack Gleeson, l’acteur irlandais le plus détesté du monde

Jack Gleeson, l’acteur irlandais le plus détesté du monde 4.89 19 votes Surtout connu pour ...

Les Prénoms Traditionnels Irlandais et leur prononciation

Les prénoms irlandais les plus populaires

Les prénoms irlandais les plus populaires 4.89 44 votes Il n’est pas rare que lorsque ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.